La vitrification des ovocytes

Assistez à la conférence

Il y a quelques années, la vitrification des ovocytes étaient exclusivement destinée aux femmes atteintes de cancer, et qui allaient se soumettre à une chimiothérapie ou une radiothérapie. Ces deux traitements de cancer sont agressifs pour notre organisme et peuvent endommager nos gamètes et par la suite provoquer la stérilité. Mais de nos jours, cette technique est également recommandée aux femmes qui souhaitent conserver repousser leur fertilité pour des raisons personnelles. Grâce à cette technique, la possibilité de concevoir à l’avenir est effectivement possible, au cas contraire, elles auront à recourir aux ovules d’une donneuse.

Les responsables du service de Reproduction Assistée du Groupe hospitalier Quironsalud nous expliquent que: « La chimiothérapie contre le cancer a comme effet indésirable d’endommager irréversiblement les ovaires”. Voilà pourquoi avant de commencer le traitement, notre équipe médicale peut préparer la femme, avec la prise des hormones, permettant ainsi de stimuler ses ovaires, et ainsi extraire et vitrifier ses ovules, pour une utilisation future dans une Fécondation In vitro.

Dans nos Instituts de Reproduction Assistée, nous mettons à votre disposition, un programme de préservation de la fertilité, qui permet de conserver les ovules des femmes qui vont se soumettre à un traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie, ou tout simplement, pour les femmes qui ne veulent pas renoncer à être mères dans l’avenir avec leurs propres gamètes. La patiente qui souhaite une vitrification d’ovocytes, suivra pendant quelques jours une stimulation ovarienne ; ensuite, une ponction ovarienne, permettant le prélèvement de plusieurs ovocytes.

 En effet, la vitrification des ovocytes est une méthode de congélation ultrarapide qui consiste à solidifier le cytoplasme des ovocytes, permettant ainsi de les conserver avec les propriétés intactes que lors de leur prélèvement dans de l’azote liquide à -196ºC. Et lorsque la femme, se sent prêt à concevoir, c’est alors que l’on procède à leur (des ovocytes) dévitrification et qu’on effectue un traitement de fécondation in vitro(FIV).

Nonobstant, il existe d’autres indications pour la vitrification des ovocytes, comme dans certains cas d’endométriose, où il peut y avoir une lésion des ovaires ou lorsqu’une faible réserve ovarienne est détectée, mais sans désir gestationnel, entre autres. Les femmes sont également de plus en plus nombreuses à reprendre cette technique, alors que pour diverses raisons personnelles elles souhaitent retarder leur maternité et conserver leurs ovocytes pour une conception dans l’avenir. 

De même, nos gynécologues précisent que « le succès d’un traitement de FIV après une vitrification, dépendra de la qualité des ovocytes vitrifiés. Et la qualité des ovocytes, par ailleurs, dépendra fondamentalement de l’âge de la femme au moment de la vitrification, autrement dit,  l’âge est déterminant pour la réussite d’une FIV ». Le rapport inversement proportionnel, que l’équipe médicale de Quironsalud stipule est que, plus vous êtes âgée, moins votre réserve ovarienne est importante.
Les ovocytes peuvent se vitrifier dès que la patiente se sent prête, mais l’idéal est de le faire à un âge qui nous permettra d’obtenir de bons résultats à l’avenir. Il existe une recommandation générale sur le fait que si la patiente à moins de 36 ans, ce serait le moment idéal; au-delà de cet âge, les résultats de la FIV avec des ovules préalablement vitrifiés seront inférieurs, car la qualité des ovocytes sont moindre.

En définitif, à Quironsalud, nous pouvons affirmer avec satisfaction que, grâce a cette technique, la naissance de la première fille en Espagne sans mutation dans le gène BRCA 1, liée au risque de cancer du sein, a été possible. La mère de la fille avait déjà été diagnostiqué de cancer du sein et, est porteuse de la mutation qui la prédisposait à en souffrir. Alors, la mère a décidé de vitrifier ses ovules avant la chimiothérapie; cinq ans plus tard, après avoir surmonté le cancer, elle a décidé de recourrir à un traitement de reproduction assistée, mais ne souhaitait pas que sa déscendence soit porteuse de cette mutation. La Commission Nationale de Reproduction Assistée (CNRA) a été invitée à autoriser un Diagnostic Préimplantatoire (DPI), technique de reproduction assistée, permettant ainsi d’identifier l’embryon sans mutation, qui a ensuite été transférée dans l’utérus.

Actuellement Quironsalud est le premier groupe hospitalier d’Espagne et d’Europe, avec un réseau hospitalier composé de plus de 90 hôpitaux, instituts et centres médicaux espagnoles abordant plusieurs spécialités, situés dans 13 régions de l’Espagne. Nous sommes des centaines de professionnels, parmi les embryologiste, les gynécologues, les généticiens, les andrologues et les spécialités associées, qui consacrent nos efforts à réaliser le rêve de beaucoup de femmes (non seulement espagnoles, mais aussi étrangères) d’être mères.

Nous avons du pain sur la planche, car nous devons faire connaître la préservation de la fertilité comme l’une des principales solutions permettant de retarder la maternité pour des raisons sociales, médicales ou personnelles. Un grand nombre de professionnels de la santé ne signalent pas cette option lors des consultations et la majorité de la population ignore le lien entre la fertilité et l’âge.

Notre force est individuelle, mais aussi collective. C’est pourquoi faisant partie d’ un groupe, nous pouvons offrir de taux de succès élevé grâce aux dernières avancées technologiques, tout en fournissant des outils pour la recherche et le développement scientifique dans ce domaine.

« Article réalisé par Quironsalud»