Fertile® chip : une nouvelle technologie pour la sélection spermatique

Assistez à la conférence

Ginefiv a récemment intégré dans ses laboratoires le Nouveau système Fertile® chip, une technique avancée de sélection spermatique qui permet de choisir les meilleurs spermatozoïdes pour augmenter les possibilités de réussite dans les traitements de FIV dans certains cas précis d’infertilité masculine : les cas où la fragmentation de l’ADN spermatique de double brin est la cause de la stérilité. Pour les patients avec ce diagnostic, la technologie Fertile® chip et sa capacité de récupération des spermatozoïdes qui ont les meilleures caractéristiques physiologiques, permettent de voir augmenter leurs possibilités d’avoir un enfant avec leurs propres gamètes.

La fragmentation de l’ADN spermatique 

La fragmentation de l’ADN, comme son nom l’indique, est une cassure des chaînes qui forment notre matériel génétique. L’une des causes qui provoquent la stérilité chez les couples est précisément le fait que les chromosomes apportés par le spermatozoïde sont cassés, soit sur la chaîne simple – c’est-à-dire sur un brin de l’ADN – ou double – sur les deux brins de l’ADN.

Jusqu’à présent, l’un des tests génétiques qui était réalisé chez le couple stérile était l’étude de la fragmentation de l’ADN spermatique, qui évalue le pourcentage de fragmentation, sans différencier les dommages entre les ruptures simple brin ou double brin.

 

Qu’est-ce que Fertile® chip ?

Fertile® Chip est un dispositif de sélection spermatique développé par la Harvard University Medical School et le Massachusetts Institute of Technology (MIT), basé sur la motilité des spermatozoïdes. Les spermatozoïdes sans fragmentation de la double chaîne de l’ADN ont une motilité caractéristique et cela rend possible la récupération de ceux qui ont le taux de fragmentation le moins élevé.

Fertile® chip est un porte-objet spécial, à usage unique, qui est constitué de deux chambres connectées par des micro-canaux de fluides. L’échantillon spermatique net est déposé dans l’une des chambres, et dans l’autre les spermatozoïdes sont récupérés. Selon différentes études, les spermatozoïdes qui sont capables d’arriver plus vite dans la chambre finale présentent de meilleures caractéristiques physiologiques, parmi lesquelles un taux inférieur de fragmentation double brin de l’ADN spermatique.

Quand l’utilisation de cette technologie est-elle indiquée ?

Tout semble indiquer, selon les études existantes, que les patients avec des échecs d’implantation, fausses-couches à répétition et évolution embryonnaire lente entre jour +3 et jour +5 en culture in vitro, seraient les personnes indiquées pour l’utilisation de cette technologie. De manière habituelle, lorsqu’une altération de fragmentation double brin de l’ADN spermatique est diagnostiquée chez un patient, il est recommandé de :

  • évaluer les possibles antécédents médicaux qui pourraient en être la cause : traitement chimio/radiothérapie, alimentation riche en stimulant (thé, café, chocolat…) ;
  • administrer un traitement oral spécifique pour traiter la fragmentation double brin, traitement dont la durée minimum est de 2 – 3 mois.

Actuellement,

La nouvelle technologie Fertile® chip nous permet de proposer aux patients de Ginefiv une alternative dans les cas où il n’est pas possible de diminuer le dommage sur l’ADN spermatique. Cependant, la technique a aussi quelques limites. En effet, chez les patients avec un facteur masculin sévère, il est difficile de récupérer suffisamment de spermatozoïdes après la réalisation de cette technique. La technique ne serait pas indiqué dans ces cas-là. L’application de cette technique n’est pas non plus recommandable sur des échantillons préalablement cryo-préservés.

Après de nombreuses années de recherches, la grande implication de la rupture de la chaîne simple pour la stérilité a été démontrée ; et c’est pourquoi on a incorporé dans l’étude du couple stérile la différentiation dans le diagnostic de la fragmentation de l’ADN spermatique, sur la chaîne simple et sur la double chaîne.

Article réalisé par « Ginefiv »