Carrière professionnelle vs Enfants : une étude révèle que les hommes ont aussi des horloges biologiques

Travailler tard le soir est un schéma courant chez les hommes de 20, 30 ou 40 ans qui essaient de faire avancer leur carrière. Pourtant, les médecins tirent la sonnette d’alarme et mettent en garde les hommes qui ont placé leurs carrières professionnelles avant leurs vies de famille : « congelez votre sperme tant qu’il est encore temps ! »

Les dernières recherches d’experts en FIV suggèrent que la capacité de reproduction masculine est en effet affectée par l’âge. Un constat qui soutient la notion que les hommes ont également une horloge biologique. Les résultats ont été récemment présentés à la conférence de la Fertility Society of Australia au cours de laquelle la chercheuse Franca Agresta de Melbourne IVF a expliqué pourquoi les hommes devraient congeler leur sperme en tant que police d’assurance. « Il y a un effet de vieillissement dont les hommes devraient être conscients, a-t-elle déclaré, ce n’est pas surprenant étant donné que la plupart des processus biologiques sont affectés par le vieillissement. »

Agresta et son équipe sont parvenues à cette conclusion en suivant le succès des couples de FIV avec des partenaires masculins âgés de moins et de plus de 40 ans. L’âge médian de ces deux groupes était respectivement de 33 et 44 ans. Un homme de plus de 40 ans a 10 fois la charge de mutation dans son sperme, et un homme de plus de 70 ans en a 100. L’étude sur l’horloge biologique masculine, qui a duré plus de cinq ans et analysé plus de 1400 cycles de transfert d’embryon unique, a révélé que les hommes de moins de 40 ans possédaient du sperme qui permettait une grossesse précoce dans 39% des cas. Les hommes de plus de 40 ans ont quant à eux vu ce même chiffre tomber à 26% – un déficit notable de 13% dans le jeu de fabrication de bébés.

Certaines mesures de contrôle ont également été mises en place pour garantir l’intégrité la plus élevée possible de l’étude. Des facteurs susceptibles d’affecter la fertilité masculine, tels que le sperme de mauvaise qualité, ont été exclus, ainsi que la forme spécialisée de FIV appelée injection intracytoplasmique de spermatozoïdes utilisée pour traiter l’infertilité masculine sévère. Car ce dernier doit être considéré comme un code de triche dans le processus de fabrication de bébé. Du côté féminin, les chercheurs ont gardé les sujets de test à celles qui n’avaient pas fait plus de deux cycles de FIV et avaient moins de 35 ans.

« Nous avons essayé de garder la population aussi saine que possible, pour ne considérer que l’effet de l’âge paternel » a ajouté Agresta.

Alors, quelle est la conclusion de cette constatation brutale ?

Selon Agresta, c’est simplement la diminution de la qualité du sperme chez les hommes plus âgés. Les hommes plus âgés sont plus enclins à avoir des dommages ADN chez leurs nageurs grâce à une exposition plus longue aux facteurs environnementaux ou aux changements épigénétiques. Alors que des pères plus âgés comme Mick Jagger et Rupert Murdoch ont résisté à cette tendance en concevant des enfants à un âge avancé, leurs partenaires étaient également beaucoup plus jeunes.

Roger Hart, qui est professeur de médecine de la reproduction à l’Université de Western Australia, a décomposé les statistiques dans le rapport ABC. Hart dit que le vieillissement du sperme a été lié à des problèmes de santé tels que la schizophrénie, le nanisme et l’autisme chez les enfants nés de pères plus âgés. En plus des facteurs externes susmentionnés, « un homme de plus de 40 ans a 10 fois la charge de mutation dans son sperme, et un homme de plus de 70 ans en a 100 fois » a-t-il déclaré.

La suggestion d’Agresta est encore plus simple : battre l’horloge biologique masculine et avoir des enfants le plus tôt possible. Pourquoi ne pas troquer votre Ferrari Alcantara pour un SUV intérieur résistant aux vomissements ? L’alternative est d’envisager la congélation élective des spermatozoïdes. « Si vous approchez de la quarantaine, que vous voulez avoir des enfants et que vous n’avez pas eu cette opportunité, alors c’est définitivement une option » explique Agresta.

Le chercheur ajoute que le bonus est que la congélation des spermatozoïdes est actuellement plus facile et moins chère que la congélation des ovules.

À défaut, le rapport réaffirme que les couples devraient simplement essayer de planifier et de faire les choses naturellement, car c’est à la fois moins cher et plus amusant que de concevoir avec du sperme congelé.

Article réalisé par Fertility Road