10 cas réels dans lesquels la médecine de la procréation a été essentielle

Les progrès de la médecine de la procréation, ainsi que les thérapies pharmacologiques assistées entre autres, ont réussi à apporter des solutions aux problèmes qui rendent la conception naturelle difficile, voire impossible. Pour le mettre en évidence, le Dr Enrique Pérez de la Blanca Cobos, nous donne dix exemples de la façon dont la médecine de la procréation a rendu possible ce qui semblait inaccessible.

10 exemples de solutions à des cas présentant des problèmes de conception

1. Une jeune fille souffrant du syndrome des ovaires polykystiques et ne pouvant donc pas ovuler, a réussi à avoir un enfant après que son gynécologue lui ait prescrit un régime et des médicaments qui ont stimulé son ovulation.

2. Un professeur d’université, paraplégique et souffrant d’un grave problème d’érection, a subi un traitement de stimulation électrique pour obtenir son sperme et a réussi à avoir un enfant avec sa femme.

3. Une femme dont l’appendicite compliquée avec une péritonite sévère a provoqué l’obstruction de ses trompes de Fallope, lorsqu’elle le souhaitera, elle pourra avoir son bébé par fécondation in vitro.

4. Un couple de filles s’est rendu à la clinique de PMA pour utiliser la banque de sperme, ce qui leur a permis d’élever leur bébé.

5. Un jeune homme atteint de leucémie a perdu à jamais son sperme à cause de la chimiothérapie, mais comme son oncologue lui a conseillé de ccongelés des échantillons de son sperme, il peut devenir père quand il le souhaitera.

6. Les femmes qui ne peuvent pas devenir mères en raison de leur vie professionnelle mais leur biologie est plus favorable à ce moment, peuvent retarder la maternité en conservant des ovules vitrifiés.

7. Une femme qui, après avoir subi quatre fausses couches de suite, a été diagnostiquée par son gynécologue comme ayant une cloison dans l’utérus, a subi une petite opération qui a résolu la malformation et lui a permis d’avoir une fille, maintenant âgée de trois ans, et de retomber enceinte, en attendant un garçon.

8. Un homme ayant deux enfants de sa précédente relation a subi une vasectomie, mais souhaite maintenant avoir un autre enfant dans le cadre d’une nouvelle relation. Il envisage une intervention chirurgicale pour rendre à nouveau permeable ses conduits déférents ou par biopsie testiculaire, obtenir des spermatozoïdes, puis les utiliser par fécondation in vitro avec micro-injection de spermatozoïdes (ICSI).

9. Dans un couple, les deux étaient porteurs de la mucoviscidose, il y avait donc de fortes chances que si elle tombait enceinte par des moyens traditionnels, que l’enfant naisse malade.

10. Une femme avait perdu son utérus à cause d’une maladie congénitale. Accompagnée de son conjoint, ils se sont rendus dans une clinique dans un pays où il était légal pour une autre femme de donner volontairement des embryons à une autre personne. C’est à dire, que le couple pouvait donner ses embryons à une autre femme, pour que celle-ci porte et accouche leur bébé.

Quirónsalud, les hôpitaux à l’abri de Covid-19

Nous avons obtenu la certification COVID-19 Safe Protocol délivrée par Applus+, après avoir confirmé que nos centres sont protégés, contrôlés et suivent les normes les plus exigeantes contre la pandémie de coronavirus, en réduisant au minimum le risque d’infection dans nos installations, au tant pour notre personnel que pour nos patients.es.

Afin d’obtenir cette certification – qui reconnaît et accrédite le travail et l’engagement de nos centres dans la lutte contre Covid-19, la direction de quironsalud a travaillé dans la mise en place et suivi d’un plan opérationnel pour déterminer et contrôler le risque de contagion par Covid-19. Ceci est le résultat d’une analyse exhaustive de tous les protocoles, procédures et mesures mis en œuvre pour réduire au minimum le risque de contagion par le nouveau coronavirus SARS-CoV-2, qui provoque la maladie de Covid-19.

Grâce aux différentes mesures de sécurité adoptées contre la propagation du Covid-19, les hôpitaux de Quirónsalud sont maintenant en mesure d’offrir une assistance dans toutes leurs spécialités médicales et chirurgicales, ainsi que des tests d’urgence et de diagnostic. Et nous pouvons affirmer avoir atteint les niveaux de couverture médicale pré-pandémique.

À propos de Quirónsalud

Quirónsalud est un des plus grands groupes hospitaliers d’Espagne et le troisième d’Europe. Il compte plus de 35 000 travailleurs dans plus de 120 centres de santé, dont 45 hôpitaux offrant 6 800 lits d’hôpital. Nous y avons incorporé la technologie la plus avancée et nous mettons à disposition de nos patientes une grande équipe de professionnels hautement spécialisés et de prestige international. Parmi ces centres figurent le Centre médical Teknon, le Ruber Internacional, l’Hôpital universitaire Quirónsalud de Madrid, la Fundación Jiménez Díaz(FJD), l’Hôpital Quirónsalud de Barcelone, l’Hôpital universitaire Dexeus, la Policlínica de Gipuzkoa, etc.

Le groupe s’emploie à promouvoir l’enseignement (huit de ses hôpitaux sont des hôpitaux universitaires) et la recherche médico-scientifique (il dispose de l’Institut de recherche sur la santé du FJD, le seul centre de recherche privé accrédité par le secrétaire d’État à la recherche, au développement et à l’innovation).

De même, son département assistance est organisé en service et réseaux transversaux qui lui permettent d’optimiser l’expérience accumulée dans les différents centres et l’application cliniques de ses recherches. Actuellement, Quirónsalud développe plus de 1 600 projets de recherche dans toute l’Espagne et la plupart de nos centres réalisent dans le domaine de la santé des investigations innovatrices, étant pionniers dans différentes spécialités telles que l’oncologie, la cardiologie, l’endocrinologie, la gynécologie et la neurologie, entre autres.

Article réalisé par Quirónsalud